SI JE TE GARDE DANS MES CHEVEUX


|

- Kamilya Jubran,
Concert (chant, oud) / 19h

Nous nous sommes rendus en Palestine pour retrouver Kamilya Jubran. Cette musicienne, qui chante, joue du oud et du kanoun, est née en Galilée en 1963. Elle s’est donc retrouvée arabe en territoire Israélien (…) mais de cœur et de culture palestinienne, ce qui n’a pas manqué de poser très vite de gros problèmes. Aussi a-t-elle choisi il y a quelques années, afin de survivre psychiquement, le déchirement de l’exil. Arrivée à Berne, elle écoute d’autres musiques dont les musiques électroniques (…). Depuis, elle s’est engagée dans une musique qui propose une dimension expérimentale tout en gardant une forte identité arabe.

(Extrait de la présentation du film de Jacqueline Caux)

- Si je te garde, dans mes cheveux...,,
Documentaire de Jacqueline Caux • 20h30

Le titre de ce film est une allusion directe à ce tabou qu’est - dans les pays arabes - la chevelure des femmes - qui devrait être cachée -, alors que toutes les musiciennes qui ont participé à ce film refusent de porter le voile. Ce titre est donc une allusion à l’érotique du cheveu. Il est aussi un hommage indirect au poète syrien du XIIe siècle Ibn Arabî qui n’a eu de cesse que de chanter la beauté féminine., Ce film, de fait, est un manifeste, puisqu’il se propose en effet de présenter l’histoire actuelle de plusieurs femmes arabes rebelles, chanteuses, musiciennes et compositrices, issues du Magrheb comme du Machreq. En contradiction assumée avec le contexte de défiance actuelle vis-à-vis de ces cultures, ce film souhaite montrer la force d’affirmation de ces femmes qui se battent avec détermination pour imposer leur talent, leur art, leur engagement social, ainsi que leur féminité sans voile. Il ambitionne également de montrer comment leur force créatrice s’appuie sur de nouvelles attitudes mais aussi sur la puissance et la beauté de poétiques très anciennes, qui rendent compte de l’extrême diversité de ces mondes que l’on a trop souvent tendance à amalgamer en un unique univers menaçant.

(Extrait de la présentation du film de Jacqueline Caux).

70 min / 2013 / Image : C. Garnier et P. Ghiringhelli / Son : P. Welsh / Montage : D. Soltani / Étalonnage : R. Pierrat / Mixage son : J.M. Zick / La Huit Production.
Avec : Hadda ou Akki (Maroc) / Amina Srarfi (Tunisie) / Oum Kalsoum (Egypte) / Waed Bouhassoun (Syrie) / Kamilya Jubran ( Palestine).

VENDREDI 31 MAI 2013 - GRAN LUX
Site Mosser - 11 bis rue de l’Égalerie, Saint-Étienne - Prix : 4€ + 2€ d’adhésion
Attention : places limitées et horaire du concert précis

Soirée organisée en partenariat avec le Gran Lux.


Interview Jacqueline CAUX 27.05.2013 / RADIO DIO

Jacqueline CAUX et AVATARIA... :
- "LES COULEURS DU PRISME, LA MECANIQUE DU TEMPS" PAR JACQUELINE CAUX
- "A L’ORIGINE DE LA PERFORMANCE" : EXPOSITION RÉTROSPECTIVE ANNA HALPRIN
- ANNA HALPRIN : WHO SAYS I HAVE TO DANCE IN A THEATER ? & OUT OF BOUNDARIES
- "DETROIT : THE CYCLES OF THE MENTAL MACHINE"


 
SPIP | | Plan du site | RSS 2.0